Le jeudi 28 novembre 2019 à 18h, lecture collective des Guérillères (1969) de Monique Wittig.

«Danièle Nervi, en creusant des fondations, a déterré un tableau où est représentée une jeune fille. Elle est toute plate et blanche couchée sur le côté. Elle n’a pas de vêtements. Les seins sont à peine visibles sur le torse. L’une de ses jambes, repliée par dessus l’autre, fait monter haut la cuisse, cachant ainsi le pubis et la vulve. Ses cheveux longs lui dissimulent une partie des épaules. Elle sourit. Elle a les yeux fermés. Elle est à demi appuyée sur un coude. L’autre bras forme une anse au-dessus de la tête, la main tenant près de sa bouche une grappe de raisins noirs. Elles rient alors. Elles disent que Danièle Nervi n’a pas encore déterré le couteau sans lame et dépourvu de manche»*.

* Monique Wittig, Les Guérillères, Les Éditions de Minuit, Paris, 1969, p. 29-30.
 

Chaque participant·e est invité·e à lire. Pour participer à cette lecture collective, réservation auprès de Richard Neyroud: r.neyroud@cracalsace.com.